Les joies de la thèse

22 octobre 2016

Quelques nouvelles

Très, très, très longtemps que je ne suis pas passée par ici.

Il est vrai que, depuis ma contribution à la surpopulation mondiale (promis, je ne vais pas transformer ce blog en blog de maman, même si l'héritier est le plus mignon bébé du monde), je n'ai plus une minute à moi, surtout avec la reprise du travail dans une classe où les élèves sont, disons, très vivants. Les nuits complètes ne sont qu'un lointain souvenir et je me couche épuisée à 21h30. Donc pas un moment pour la recherche; j'essaie déjà tant bien que mal de gérer le quotidien et la préparation des cours. Ma thèse est à l'état d'abandon total, pas corrigée et encore moins publiée. Je n'ai même pas écouté de Stockhausen depuis l'hiver dernier !

La recherche me manque un peu, beaucoup même parfois. Mais je suis contente d'avoir un travail stable, qui a du sens (même si j'y trouve beaucoup à redire sur de nombreux aspects ) et, surtout, je n'ai jamais été aussi heureuse de ma vie.

Posté par joiesdethese à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2016

2016, l'année sans thèse

Bon 2016 commence mal, avec la disparition aujourd'hui de Pierre Boulez.

Mais j'espère que ce sera une bonne année pour chacun d'entre vous. A vous, lecteurs fidèles et occasionnels, je vous souhaite une merveilleuse année 2016, emplie de joie, de bonheur et de réussite.

Bon courage à toutes celles et ceux qui sont en plein dans leur thèse: Accrochez-vous et munissez-vous de courage. Vous pouvez le faire! Avec le recul, ce n'est pas si inhumain et c'est une période particulière de la vie, où l'on en voit de toutes les couleurs, où l'on passe par toutes les émotions, mais c'est une période que je ne regrette pas du tout, mais alors pas du tout d'avoir traversée malgré les sacrifices et le peu de débouchés offerts par la suite.

Posté par joiesdethese à 13:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 décembre 2015

Et alors? Et alors?

Mention très honorable avec les félicitations du jury!!!!

 

Autant dire que, depuis hier, je suis sur un petit nuage.

Je n'y aurais jamais cru. 

J'étais dans un état extrêment bizarre pendant la soutenance. Pas trop stressée mais dans une espèce de mode survie où mon esprit était à la fois en train de flotter et complètement centré sur le moment présent. J'ai réussi à faire complètement abstraction du public et à ne pas me focaliser sur tous les regards braqués sur moi. Il y avait plein de monde, je ne savais pas que Stockhausen aurait autant attiré les foules.

La famille et les amis étaient présents et le pot de thèse s'est déroulé dans une atmosphère conviviale et chaleureuse comme je l'espérais.

J'ai reçu des encouragements du jury que je n'aurais jamais espéré entendre et, autant dire, je suis archi motivée pour continuer la recherche.

Je plane complètement...

Posté par joiesdethese à 11:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 décembre 2015

Interview avec moi-même

A la veille du jour J, comment te sens-tu?

Je viens à peine de me réveiller mais le mal de ventre est déjà bien présent

Ce n'est pas bien de stresser. Tu dois apprendre à te re-la-xer. Pour ton bien et pour celui du bébé.

Plus facile à dire qu'à faire... Je m'apprête à me faire tailler en pièces demain devant 30 personnes. Je vais y perdre toute crédibilité intellectuelle et tout mon égo. Le foetus peut bien supporter 2 jours de stress supplémentaire, au point où il en est. Après, je le bichonnerai. Promis!

 

Mais tu as bien travaillé. C'est l'aboutissement de ton travail depuis 5 ans: tu maîtrises ton sujet et tu es prête. Si tu es autorisée à soutenir, c'est que tu seras reçue Docteur.

J'ai l'impression de ne plus rien connaître. Juste d'avoir un petit souvenir de mon sujet mais de ne pouvoir élargir sur aucun autre. Ils n'ont pas intérêt à me poser de questions sur d'autres compositeurs car je risque de sécher et de me ridiculiser publiquement. De plus, il y a Dr et Dr avec les honneurs. Je préférerais avoir au moins quelques honneurs (je peux toujours rêver pour les félicitations). Question de fierté et d'égo.

 

Comment vas-tu organiser ta journée?

Je vais relire 2 fois à voix haute mon texte de soutenance, puis revoir 2-3 choses sur l'anthroposophie et la théosophie. Il me faudra ensuite préparer mon sac en veillant à ne rien oublier (thèse, rapports, papier, stylos qui fonctionnent, texte de soutenance, convocation, eau, gobelets). La suite de la journée sera consacrée au pot de thèse: livraison Picard, confection de gâteaux au chocolat. Il me faudra ensuite essayer de me détendre et de me reposer.

Merci M!

Je me remercie aussi pour cette interview.

 

 

Posté par joiesdethese à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2015

Le grand jour approche

Dangereusement.

Je suis morte de trac, d'autant plus que pas mal de personnes souhaitent venir assister à ma soutenance. Je suis à la fois très heureuse de leur soutien et de l'intérêt qu'ils portent à mes modestes recherches, mais aussi j'ai encore plus peur de me planter devant eux.

Mon texte de soutenance est presque prêt. Il me reste plus qu'à améliorer certaines tournures et à le répéter plusieurs fois devant un miroir. Tout ça pour finalement quand même parler à fond la caisse et sans articuler lors de la soutenance. Je suis prête à parier n'importe quoi, ça ne loupera pas.

Il me faut revoir certains points de la thèse, anticiper les questions et préparer des réponses appropriées. J'ai l'impression de ne plus rien savoir et de ne rien maîtriser. Je suis dépassée par l'ampleur de la tâche mais je n'arrive pas à m'activer, problème bien connu chez moi.

La préparation de mon pot de thèse - comme vous devez vous en douter - occupe une grande part de mon temps et de mon esprit.

Ajoutez à cela la mission Mère Noël et vous comprendrez que je suis archi stressée - débordée. Oui, débordée, parce qu'avec 14 heures de sommeil par jour et 2h d'énergie relative pendant mes heures d'éveil, les journées passent vite.

 

Posté par joiesdethese à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2015

Ca approche...

Ca y est, les choses commencent à se concrétiser dangereusement....

Après plusieurs semaines d'attentes mâtinées de micmacs administratifs (ah les joies du dépôt électronique et de ses fichiers en PDF A, un vrai parcours initiatique!), de retards et de stress, j'ai enfin reçu mes rapports lundi et ma convocation mardi.

Je me suis donc précipitée sur mon ordinateur pour commencer à rédiger mon texte de soutenance  organiser mon pot de thèse et prévenir mon fan club.

J'ai un peu plus de deux semaines pour bien chiader mon texte, préparer mes réponses aux remarques des rapports, réécouter l'intégrale de Stockhausen et arriver fin prête pour le jour J. Ce serait trop bête de lâcher pendant cette dernière ligne droite. Me voilà super motivée pour rassembler mon peu d'énergie restante (depuis qu'un petit être comprenant pour moitié le patrimoine génétique de M. Thésard s'est logé dans mes entrailles, je suis une vraie larve) afin de la diriger entièrement vers la préparation de la soutenance.

Autant dire que je suis, depuis ces dernières semaines, un modèle de calme et de sérénité et que ma zen attitude va s'amplifier ces prochains jours...

 

 

Posté par joiesdethese à 09:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2015

Naissance d'une thèse

J'ai l'immense joie de vous annoncer la naissance de ma thèse!!!!!!

 

604 pages recto verso

21x29,7x3,5cm

1,5 kg.

Couverture beige

Reliure thermocollée.

Elle est belle et elle sent bon.

 

Sonnez hautbois! Résonnez musettes!

 

Maintenant, il me reste à écrire urgemment sa position de thèse pour avoir vraiment fini. Mais ce soir, j'ai vraiment pas envie.

Posté par joiesdethese à 18:08 - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 septembre 2015

Enfin des nouvelles

Je ne vois pas la lumière!

Ma thèse est à l'état de quasi abandon depuis la rentrée. Je n'arrive pas à trouver un moment suffisamment long ni la disposition d'esprit pour m'y consacrer.

Après avoir été nommée le 3 septembre sur mon poste (ouf, une classe à l'année en élémentaire dans un quartier agréable), j'ai dû organiser ma classe en urgence. Ca commence à se décanter et dirai-je même à devenir un peu routinier. Je me rends compte que j'ai vraiment besoin de la recherche pour mon équilibre moral et intellectuel sauf que je n'ai pas le temps pour l'instant de m'y consacrer.

J'ai laissé ma vie en plan ces derniers mois, donc méga rangements dans l'appart, tri de mes affaires, paperasse à classer entre autres réjouissances. Plein de nouvelle paperasse aussi car je dois m'occuper de tous les sujets mis de côtés depuis un bail (mutuelle...). Et surtout, j'ai le contrecoup de la fatigue : Les parents d'élèves ont dû penser que la maîtresse de leur gamin était un panda anémique hypertendu. Je m'écroule une fois rentrée chez moi et les corvées accomplies (et encore, l'appart mériterait un coup de ménage et une lessive serait bienvenue si je souhaite garde une certaine hygiène). L'enseignement en élémentaire est moins crevant nerveusement en maternelle, c'est indéniable. Mais après avoir passé 2 années intensives sans vacances, mon organisme réclame une pause.

Je m'attendais à cette rentrée chargée, c'est pour cela que je me suis organisée pour terminer la plus grande partie avant, mais j'aimerais prendre un dernier moment pour bichonner, chouchouter, perfectionner ma thèse avant qu'elle ne m'échappe et vive sa propre vie.  Elle me manque terriblement! En plus, j'ai appris que je ne pouvais pas organiser le pot de thèse sur le lieu de ma soutenance. Il va me falloir me mettre en quête d'un lieu sympa sans devoir y laisser mon PEL.

Le tunnel est long et plein de circonvolutions...

 

Posté par joiesdethese à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2015

Bientôt des nouvelles

Rentrée sur les chapeaux de roues.

Tout va bien

Bientôt des nouvelles plus détaillées!

Bon courage à celles et ceux qui sont en plein bouclage.

Posté par joiesdethese à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 août 2015

La lumière est au bout du tunnel

Et je commence à l'entrapercevoir!!!

Après quelques semaines intenses qui me font ressembler à un panda, ma thèse commence à prendre forme.

J'aurais même pu avoir terminé demain si j'avais enfin reçu le putain de merde de sa mère fichu livre qui me manque sur la kabbale. Et il me manque un bout d'annexe. Ce sont des retranscriptions de textes d'archives écrits en pattes de mouches allemandes. Il me faut m'y atteler demain ; je n'ai aucune envie de faire ça ce soir.

Je ne rentre que le 1er septembre (pas de prérentrée pour moi), tout pourrait être bouclé lundi soir... mais... grrrrrrr, manque ce bouquin de malheur. Ma thèse se sera finalement terminée sans trop de sueur, ni de sang, ni de larmes. Il n'y aura pas de coupure nette comme je l'avais espéré, mais une transition en douceur entre la fin de la thèse et la reprise de l'école. J'entrevois le retour progressif à une vie normale, avec du temps libre et tout et tout. Ca me fait tout bizarre. Cependant, ce ne sera qu'après la soutenance que je serai vraiment libérée, délivrée. Je pense que j'anticipe mal la quantité de travail que va me demander la reprise des cours et le bouclage du manuscrit ne signifie pas la fin de la thèse, loin là. Je vais sûrement découvrir plein d'âneries (et en laisser tout autant), devoir apporter les corrections de mon directeur, remettre tout 20 fois en page parce que le fichier n'arrêtera pas de sauter. Après, il y a le résumé bilingue et la position de la thèse à rédiger (et je ne sais pas trop à quoi cela correspond), sans oublier le texte de soutenance. Et surtout, une paperasse monstre.

A part ça, je ne suis pas super contente de mon travail, loin de là.  Mais c'est une autre histoire.

Posté par joiesdethese à 20:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]